18.06.2021

Bienvenue au TO


Le Sommet international Biden / Poutine aura lieu la semaine prochaine au parc La Grange, là où réside le Théâtre de l'Orangerie. Cette situation exceptionnelle influence de manière considérable la préparation de notre saison, les aménagements extérieurs et les répétitions de notre premier spectacle de la saison. 

Notre participation à la Fête de la musique, initialement prévue le 17 juin est repoussée au 18 au soir. Pour les autres événements nous vous prions de prêter attention aux informations sur notre nouveau site web. D’ailleurs lui aussi ressent l’agitation autour du parc La Grange et produit ainsi plusieurs petits bugs typiques des nouveaux nés informatiques... Nous vous prions de nous en excuser. Notre billetterie générale sera mise en ligne dans quelques jours.

À Propos

Dans un autre monde, où il y a des forêts, des falaises et trois collines, débarque une joviales tribu de fêtard·es, avec vivres et alcool à profusion, aspirant à la danse, à l’amour et surtout à la glande ultime jusqu’à la mort. La fête terminée, il faudra peut-être quitter cet endroit.

Créer un spectacle où il sera strictement interdit d’écrire, de se filmer, d’archiver, de se documenter, voilà la contrainte que se sont posée Joël Maillard et Marie Ripoll. En revanche, parler, oui. Parler tout·e seul·e, parler ensemble, parler à des spécialistes. Les deux comédien·nes ont poussé pour Sans effort (quelle ironie !) la contrainte jusqu’au bout. On assiste au point de départ, au point zéro, la réinvention d’une nouvelle civilisation, qui comme des acrobates sur le fil, peut s’écrouler à tout moment. Pour réussir, il faut d’abord renoncer à la culture, puis être disponible pour une nouvelle.

Une fois la pensée posée sur papier, on peut passer à autre chose, l’oublier, y revenir, y renoncer. Mais alors, comment gérer une idée fulgurante au cœur de la nuit sans carnet de note, sans ordinateur ? La solution est belle : avec des petits objets, des moyens mnémotechniques et des associations d’idées. Une boucle d’oreille devient l’idée d’un bord de scène, qui, une fois abandonné, libère la boucle qui peut accueillir une autre idée. Ce poème géant a tout de même dû être écrit. L’utilisation du terme est erroné évidemment, mais quel mot choisir, pour l’idée de générer un flux de mots et d’idées, le stabiliser et le conserver de manière à pouvoir le consulter en tout temps ?

A l’heure de la traçabilité constante et du nuage numérique plein à craquer, voilà une autre forme de trace. Une création délirante portée par un duo déjanté, et plein d’autres choses encore, mais comme on n’a pas trop le droit d’écrire au sujet de son sujet...

Distribution

Joël Maillard et Marie Ripoll

  • Mise en scène

    Joël Maillard

  • Non-écriture et fabrication

    Tiphanie Bovay-Klameth, Joël Maillard, Marie Ripoll

  • Absence

    René R.

  • Transmission musicale

    Louis Jucker

  • Lumière

    Nidea Henriques

  • Diffusion

    Claire Nollez

  • Production

    Tutu Production - Cécilia Lubrano

  • Coproduction

    far° festival des arts vivants Nyon / Arsenic - Centre d’art scénique contemporain, Lausanne

  • Soutiens

    Ville de Lausanne, Corodis, Canton de Vaud, Loterie Romande, Pro Helvetia, Fondation Suisse des Artistes Interprètes

 Le site de la compagnie Snaut

Prochainement